Bannière trait d'union

Séminaire du CRICIS. « Pragmatisme et critique »

L’Axe 4 du Centre de recherche interuniversitaire sur la communication, l’information et la société (CRICIS), Épistémologies critiques de la culture et de la communication, propose le 22 mars prochain un séminaire sur le thème du pragmatisme et de la critique.

Consultez le calendrier d’activités du CRICIS à http://www.cricis.uqam.ca/calendrier/.

Vendredi 22 mars 2019
9 h 30 à 12 h 30
Pavillon Judith-Jasmin, local J-2625
Événement Facebook
Séminaire gratuit et ouvert à tous!

Les conférences

Josianne Millette : Arrimer critique et pratique des relations publiques : la piste du pragmatisme critique

Les relations publiques, avec l’ensemble des industries de la promotion et de la persuasion, ont fait l’objet d’une littérature critique abondante au cours du XXe siècle : la propagande, en tant que forme technicisée du pouvoir d’influence, constitue en effet un thème central de la recherche en communication. Or les « RP » ne sont ni monolithiques ni une entité abstraite : elles sont mises en œuvre, sur une base quotidienne, par de plus en plus d’individus, au nom d’une diversité toujours grandissante d’organisations et d’intérêts. Comment, alors, arrimer une analyse critique du phénomène social des RP à la nécessité, pour en saisir les enjeux sociaux, éthiques et politiques, de tenir compte des réalités de celles et ceux qui en font leur métier? Cette présentation propose d’explorer le pragmatisme critique inspiré de la philosophie sociale de John Dewey comme une piste fertile pour le développement d’une compréhension critique des modèles et des formes de communication mis en œuvre dans la pratique contemporaine des relations publiques.

Suggestions de lecture

Frega, R. (2014) Between Pragmatism and Critical Theory: Social Philosophy Today. Human Studies, 37(2), 57-82.

Millette, J. (2014). RP et Web social : de l’idéal du dialogue aux enjeux sociaux de la « bonne communication ». Communiquer, (11), 45-62.

Kadlec, A. (2006). Reconstructing Dewey: The Philosophy of Critical Pragmatism. Polity, 38(4), 519–542.

Notice biographique

Josianne Millette est professeure adjointe au Département d’information et de communication de l’Université Laval et membre du Laboratoire sur la communication et le numérique (LabCMO). Elle s’intéresse aux enjeux éthiques et politiques de la communication publique, et plus particulièrement des relations publiques. Ses travaux récents portent sur les logiques et les tensions qui caractérisent l’usage des médias socionumériques dans ce contexte, ainsi que sur les pratiques de communication des groupes militants.


Olivier Voirol

Plusieurs conceptions de la critique cohabitent dans les sciences sociales, la philosophie sociale et la recherche en communication. Après avoir succinctement distingué ces conceptions, j’examinerai une tradition critique en particulier, celle de la critique immanente dont les origines remontent à la philosophie hégélienne. À partir de Hegel, j’en dégagerai les principes pour évoquer ses prolongements, en particulier dans la tradition de la théorie critique (de l’École de Francfort) ainsi que dans la philosophie pragmatiste de John Dewey. À ce stade, je dégagerai deux manières d’interpréter la critique immanente, la première s’attache à la reconstruction des dimensions de la pratique incarnant la « vie bonne », la seconde procède au retournement dialectique d’une réalité inversée par la domination. À partir des théories de la critique ancrée dans le modèle de la reconstruction, en particulier celles de John Dewey et d’Axel Honneth, je tâcherai de mettre au jour les modalités de cette conception critique en dégageant ses forces, tout en soulignant ses déficits.

Suggestions de lecture

Dewey, J. (2016). Reconstruction en philosophie. Paris, France : Gallimard.

Honneth, A. (2013) La théorie de la justice comme analyse de la société. Réflexions à partir de Hegel. Dans Un monde de déchirements (p. 287-298). Paris, France : La Découverte.

Voirol, O. (2016). Philosophie sociale et critique immanente. Dans F. Aubin et J. Rueff (dir.), Perspectives critiques en communication (p. 35-54). Montréal, Québec : Presses Universitaires du Québec.

Voirol, O. (2015). Une critique immanente de la communication sociale. Sur quelques potentiels de l’approche honnéthienne. Réseaux, (193), 43-77.

Voirol, O. (2013). Praxis et organisation : épuisement et reconstruction de la critique. Communications, 31(1). 

Notice biographique

Olivier Voirol est maître d’enseignement et de recherche à la Faculté des sciences sociales et politiques de l’Université de Lausanne (Suisse), chercheur associé à l’Institut de recherches sociales (Institut für Sozialforschung, IfS), rattaché à l’Université Goethe à Francfort, et chargé de cours à l’Université Descartes-Paris 5. Il y a travaillé pendant plusieurs années avec Axel Honneth, directeur de l’Institut depuis 2001, sur le thème de la reconnaissance, de l’espace public et des médias. Il a notamment axé ses travaux sur les notions de « visibilité » et d’« invisibilité » sociales, en lien avec les activités communicationnelles et médiatiques. Une partie importante de ses travaux porte sur la Théorie critique (de l’École de Francfort), son histoire, ses interprétations et son actualisation au regard des enjeux du temps présent. Il est, en outre, membre du comité de rédaction de la revue Réseaux et responsable de la collection « Théorie critique » aux éditions de La Découverte.

ÉvénementsRecherche